Road Trip Moto France : la Côte d’Azur de Paris au Lavandou

Traverser la France de Paris au Lavandou pour le seul plaisir de rouler et d’user un peu de gomme, passer quelques jours en bonne compagnie et (re)découvrir des routes qui ont toujours le mérite de nous donner quelques émois, c’est le projet de Didier et Hans qui nous relatent ici leur Road Trip moto en France, vers la Côte d’Azur, avec leurs fidèles montures, Ducati Monster et Triumph Tiger !

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

Road Trip Moto Côte d’Azur : Préambule

Ah … le mois de mai, les journées qui rallongent, le soleil qui pointe (timidement) son nez et aussi, pourquoi le taire, ses jours fériés. En posant 4 jours entre le 1er et le 8 mai, on obtient 10 jours consécutifs loin du boulot. Justement, il me reste 4 jours à solder avant juin … l’occasion de planifier une ballade moto sur la côte d’azur en sélectionnant les routes (tortueuses) avec soins. Pour cela, il faut un pote, Hans un ami de longue date et des montures. Une Triumph Tiger pour ce dernier, une Ducati Monster pour l’auteur de ces lignes.

Un coup d’œil à la météo quelques jours avant le départ laisse clairement entrevoir qu’il vaut mieux décaler le périple d’une semaine. Quand on a un manager compréhensif, lui-même en vacances, la demande est acceptée sans négociation (merci Jean-Marc ;-). Ceci dit, j’en connais qui ont pris la route du sud le 1er mai malgré les mises en gardes d’Evelyne Dheliat …

Les machines sont apprêtées (vidange, graissage et tension de chaîne) fin prêtes pour le départ. La destination finale est la commune du Lavandou dans le Var où nous passerons 4 jours alternant les séances de plage, et de roulage (n’oublions pas l’objectif premier du périple : faire des bornes).

L’itinéraire aller est planifié sur 3 jours en passant par le Morvan, le Forez, la vallée de l’Eyrieux, le Verdon et enfin la mer. Pour la route du retour, nous décidons d’emprunter la Route Napoléon et de rentrer à la maison en faisant un crochet par Bourges, l’occasion d’admirer sa cathédrale qui me fait de l’œil depuis un moment déjà.

Ça évidemment, c’est pour le schéma global du périple, nous verrons que nous aurons parfois laissé la place belle à l’improvisation et aux erreurs de parcours …

Paris – Bourbon-Lancy – Jour 1

Justement, le départ s’effectue finalement le vendredi 8 mai de Vitry, direction le sud ! Sauf que le GPS fraîchement acquit pour l’occasion par Hans, c’est super, mais encore mieux quand on a la fixation et il se trouve qu’elle est restée à Soisy-sous-Montmorency … C’est donc en prenant la direction du nord, sous un ciel qui ne tient pas ses promesses que le voyage commence.

Un petit crochet de 60 km nous remet sur l’A6 que nous empruntons jusqu’à Sens pour nous extraire de la région parisienne. La sortie est une délivrance car le Monster c’est vraiment pas fait pour l’autoroute. Nous n’y remettrons d’ailleurs pas les roues sauf pour les derniers 20 kilomètres.

Sur la route qui mène à Auxerre, nous faisons une halte pour enfiler les combinaisons de pluie que nous ne quitterons plus jusqu’au plus jusqu’au soir … La route se poursuit vers Avallon puis par une escale à Quarré les tombes pour y admirer les sarcophages datant du VIIème au Xème siècle qui trônent au pied de l’église.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

La traversée du Morvan nord-sud se poursuit jusqu’à Luzy sous des cieux défavorables qui nous laissent sur notre faim. La route séchante de Luzy jusqu’à Bourbon-Lancy – notre destination du jour – laisse toutefois entrevoir le potentiel bitumeux de la région. Ce sera l’occasion de remettre ça (très bientôt).

Notre étape dans la petite cité médiévale du sud-ouest de la Bourgogne est très plaisante, c’est d’ailleurs presque toujours le cas dans la région.

Bourbon-Lancy – Grâne – Jour 2

Le départ est donné direction le Forez avec une traversée – encombrée – de Vichy. L’étape déjeuner à Puy Guillaume est l’occasion d’une rencontre insolite. Un biker local qui s’est bricolé un trike propulsé par un moteur de coccinelle vient taper la discut’ accompagné de son compagnon, tous deux arborant un total look. Je vous laisse juge.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

La D906 entre Courpière et Ambert qui serpente contre la Dore est tout simplement majestueuse avec ses successions de montées et de descentes, ses enchaînements de grandes courbes rapides qui laissent une bonne visibilité pour caler la moto sur l’angle à l’abord de chaque virage. Un plaisir immense qui nous permet enfin d’exprimer le potentiel de nos machines. Nous ne soupçonnions pas que le meilleur restait à venir.

Direction Le Puy-en-Velay et nous empruntons la D26, une corniche étroite pour rejoindre la vallée de l’Eyrieux au niveau de Saint-Julien-en-Chapteuil qui nous fait prendre la mesure de ce qu’user les flancs des pneus signifie. Je confesse que l’étape s’est accompagnée d’un nœud à l’estomac quand on sait que la route était jonchée d’un ravin à donner le vertige.

Nous rejoignons la vallée de l’Eyrieux au niveau de Saint-Agrève jusqu’à les Ollières-sur-Eyrieux par la D120 et là, c’est l’extase. La route ondule contre la paroi rocheuse, le revêtement est impeccable et procure un feeling incroyable qui nous permet de réaliser des prises d’angles insoupçonnées (mais les limites ne sont pas encore atteintes). Cette route vaut à elle seule le voyage.

L’étape du jour est fixée à Grâne dans la Drôme dans un relais motard que nous recommandons chaudement (La Distaise). L’accueil est excellent et le banquet proposé par les tenanciers mémorable.

Grâne – Le Lavandou – Jour 3

Dernier run avant la plage. Nous quittons Grâne au petit matin direction Crest par une route visiblement très appréciée des motocyclistes locaux car nous sommes loin d’être les seuls à jouir des trajectoires qui nous sont offertes. Le rythme est soutenu et nous ne cherchons pas à suivre les gars du cru. Nous nous retrouvons dans les Gorges des 30 pas enclavées dans des falaises où la route est littéralement taillée dans la roche.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

On ne serait pas contre une deuxième session ; on ne croyait pas si bien dire. Un GPS, c’est vraiment super, encore faut-il falloir s’en servir, car à suivre aveuglement l’itinéraire on se retrouve 140 km plus loin à l’entrée d’une ville portant le nom de Grâne. Hans et moi nous gloussons de ce que l’on croise une ville homonyme dans un département voisin.

Mais lorsque nous croisons la bifurcation vers la Distaise nous faisons moins les fiers et comprenons que nous sommes retournés sur nos pas. Nous gardons notre optimisme et n’allons pas nous plaindre de refaire un tour de circuit qui nous a procuré de telles sensations, mais cette fois-ci c’est nous qui imprimons un rythme d’enfer !

La suite du parcours propose des panoramas tout aussi extraordinaires à l’approche du Verdon. Vaison-la-Romaine, Sault, Banon, Forcalquier, Manosque et enfin notre objectif final de l’itinéraire aller : Le Lavandou. Bilan : 500km abattus dans la journée et une arrivée 10 heures après le premier coup de démarreur.

Le Lavandou – Jour 4, 5, 6 et 7

Sur place nous profitons de la plage le lendemain de notre arrivée. Le jour suivant nous ne résistons pas à l’appel du twin et du triple. L’idée de départ était de prendre la corniche jusqu’à Cannes pour emprunter une première portion de la route Napoléon jusqu’au Verdon. Les prévisions météo nous conduisent à inverser le parcours pour profiter ainsi de conditions favorables tout au long de la journée.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

Nous embrayons donc par la D98 vers La Mole, Cogolin et Grimaud sur une route très agréable. Nous faisons une escale à Vidauban pour un café et reprenons la route vers le Verdon mais à l’est cette fois par la D555, route encore une fois extraordinaire par son tracé et les points de vus spectaculaires qu’elle nous a offert. Des Suisses rencontrés sur un belvédère qui roulaient en Citroën GS de mille neuf cent septante trois en état concours nous ont fait remarquer avec leur accent nonchalant « Vous avez un beau pays ». Ce n’est pas nous qui les contredirons après ce que nous avons traversé.

La pause déjeuner se fait à Comps-sur-Artuby où nous goûtons un pâté de foie de porc qui n’a pas fait l’unanimité, au moins on aura testé …

Un peu plus loin nous rejoignons le tronçon de la route Napoléon en direction du sud via Grasse jusqu’à Cannes. Une route encore une fois à la hauteur de sa réputation. Nous fuyons Cannes à la veille du festival pour aborder une portion de corniche du côté de l’Esterel et sa pierre rouge aux faux airs de Zion parc dans l’Utah.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

La route du retour est encombrée, on se demande bien à quoi ça ressemble en haute saison …

Les jours suivants nous faisons du riding soft. Direction Bormes-Les-Mimosas puis Collobrières, deux bourgades provençales reliées par la D41, une route tortueuse à souhait qui m’a permis d’aller taquiner les bords. Bilan : des semelles de chaussures fatiguées, un cale pied et une pédales de frein bien usinés … Pour info, à Collobrières on trouve d’excellentes glaces aux marrons glacés, spécialité locale mais ça, c’est une autre histoire.

Le Lavandou – Gap – Jour 8

Il faut bien repartir un jour, mais le voyage n’est pas fini et c’est la deuxième portion de la route Napoléon qui nous attend. Le Mistral souffle fort ce matin et les conditions climatiques ne jouent plus en notre faveur. De plus la route est encombrée sur les abords de la corniche autour de Port Grimaud. Nous rattrapons la N85 vers le nord cette fois, là où nous l’avions prise quelques jours plus tôt pour être sûrs de n’en rien manquer.

L’accès par le Verdon a été très venteux, et le tortillard de la route Napoléon ne nous épargne pas non plus de ses bourrasques. Je ne suis pas à l’aise et ai du mal à suivre le rythme imprimé par Hans qui ne semble pas perturbé …

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

La route se poursuit par Castellane où nous déjeunons d’un burger local format XXL. Alors que j’essaye de suivre tant bien que mal les chevaux de feu du Tiger nous traversons Sisteron puis Gap pour atteindre la limite entre l’Isère les Hautes Alpes au Rocher des ducs, notre logement au Glaizil qui jouxte les ruines du château XVIème siècle de Lesdiguières. Encore une excellente adresse pour qui passe par là. Et puisque nous ne sommes pas avares de bons tuyaux, vous en profiterez pour aller dîner aux Logis Hôtel de la Poste à Corps, une table gastronomique dont la carte réserve bien des surprises.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

Gap – Bourges – Jour 9

Nous repartons alors que le mercure indique 5° pour aborder la dernière partie de la route empruntée par le Petit Général à son retour de l’Ile d’Elbe il y’a de cela pile 200 ans*. Arrivés à Grenoble nous sommes conscients que le trajet va maintenant nous paraître bien fade.

Au niveau de Roanne, le GPS nous positionne sur la Nationale 7, en mode train grande ligne. Une poignée de kilomètres suffisent pour comprendre qu’on ne tiendra guère plus longtemps sur des rails. C’est l’occasion de tester l’option parcours sinueux proposée par le TomTom Rider de Hans. Une excellente fonctionnalité qui nous trace un itinéraire dans la campagne par les départementales jusqu’à Bourges où nous passons la nuit.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

Bourges – Paris – Jour 10

Le soleil matinal inonde de lumière le chevet de l’imposante cathédrale Saint-Etienne et laisse scintiller de mille reflets les délicats vitraux du XIIIème siècle. Un spectacle à ne pas manquer pour qui passe par là.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

C’est la dernière ligne droite, et nous nous laissons à nouveau guider par l’option parcours sinueux du TomTom à travers les vertes plaines du Cher. Un crochet par Lamotte-Beuvron et nous prenons la route de Pithiviers puis Etampes où nos chemins se séparent. Hans dois rentrer, il est attendu. Il est 14h en ce dimanche 17 mai et le départ du Grand Prix moto GP du Mans vient d’être donné. Je ne veux pas rater ça et me pose sur un banc pour supporter les Ducati de Dovisioso et Iannone sur mon smartphone.

Arrivé à la maison, un coup d’œil au compteur m’indique que nous avons avalé 2835km sur ces 10 jours. Je m’attelle au pied levé à la rédaction de ce texte que #DBDLT m’a proposé de réaliser pour alimenter ce blog.

Road Trip moto France : la Cöte d'Azur de Paris au Lavandou en Ducati et Triumph

*Dans le même registre de mixité historique autour de l’empereur et de chevauchées fantastiques, je recommande la lecture de Berezina, roman dans lequel Sylvain Tesson relate son voyage en Ural, calqué sur la route qu’emprunta Napoléon 200 ans plus tôt lors de la retraite de campagne de Russie (en hiver pour bien corser les choses).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *