Essai Harley-Davidson Sport Glide 107 : le Softail élevé aux hormones de Touring !

Le coup de la Harley-Davidson convertible avec un pare-brise et deux sacoches amovibles, ils nous l’ont déjà fait chez Harley, vous vous rappelez la Switchback en 2012 ? Si cela ne vous dit rien c’est normal, j’en ai vu une seule dans la rue depuis sa sortie. Alors l’essai de la Harley Sport Glide qui se veut convertible aussi, c’était un truc à faire non ?

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

J’avoue que quand j’ai vu arriver la Harley-Davidson Sport Glide (voir l’annonce) avec un pare-brise et deux sacoches amovibles, vous voyez ce que j’aurais pu en penser. Pourtant, pour être tout à fait honnête avec vous, je l’ai considérée autrement que la Switchback en son temps (ne riez pas mais j’avais quand même pris soin de l’essayer avant de choisir le Fat Boy …).

La Harley Sport Glide, sur le papier, ça s’annonce un poil plus sexy : un Milwaukee Twin 107, un cadre 2018, un mini pare-brise aux faux airs de Street Glide, une selle de Fat Boy, des jantes à bâtons et deux sacoches pas trop moches.

Il ne m’en fallait pas plus pour emprunter la Miss une journée pour savoir ce qu’il en était vraiment.

250 bornes plus tard autant vous dire que j’ai de quoi écrire car cette Harley a plus d’un tour dans ses sacoches !

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107 : le tour du propriétaire

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

J’avais rejeté en son temps le concept Switchback car je ne trouvais cette machine aboutie : correcte partout mais attirante nulle part. Avec la Sport Glide on change de registre. Harley a dû comprendre la leçon car la présentation de la Sport Glide est au niveau des meilleurs modèles 2018. Excusez du peu :

  • Milwaukee Eight 107,
  • cadre 2018,
  • fourche inversée (oui, oui, comme sur la démoniaque Fab Bob 114).
  • suspension Softail 2018 avec réglage de précharge apparent,
  • phare avant à Led,
  • nouvelle console d’instrumentation sans commutateur,
  • nouvelle cloche d’embrayage plus souple avec réglage de garde sans clé et câble en deux parties,
  • … j’arrête là !

La livrée des Softails 2018 (voir la présentation de la gamme), les meilleurs composants du moment, une allure qui a tout de la grande sœur Street Glide (toi, un jour …), tout ça pour moins de 20.000 balles (des balles d’euros quand même …).

Rendez-vous est pris pour l’essai le seul jour de ce mois de mars où la météo m’a généreusement accordé un jour sans pluie (je ne m’en suis pas encore remis). Enfourcher le Fat Boy sous le soleil pour filer passer la journée avec la Sport Glide ça a de quoi vous mettre l’essayeur que je suis de bonne humeur !

Les formalité administratives faites, je découvre la Sport Glide grâce à Xavier, le technicien de service. Merci à lui pour toutes ces infos qui ne sont pas dans la doc car au moins j’ai des détails à vous passer !

Le look

La livrée du jour c’est le « Twisted Cherry », un rouge sombre pailleté. Sous le soleil c’est craquant, l’effet pailleté sur le réservoir vous ferait presque oublier le prix du litre de Sans Plomb.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Harley Sport Glide : démarrage sans clé, sans commutateur accessoires
(et prise USB cachée sous le réservoir)

L’échappement Stock 2 en 1 ne manque pas d’allure : pas aussi méchant que celui du Fat Bob 2018 mais plutôt classe avec un silencieux noir qui vient se loger sous la sacoche droite. Le gros cache filtre à air siglé 107 et les culasses noir granité s’accordent.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Je reste un peu sur ma faim avec le radiateur logé entre les deux montants du cadre mais vous savez comme moi que les normes antipollution ont raison de tout.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Le train avant

Le saute-vent on en parle ? Je veux oui parce qu’il n’est pas sans rappeler celui de la Street Glide (oui, je me répète) et qu’il est amovible. Deux clips le bloquent sur les tubes de fourche (pas de verrouillage, gare aux plaisantins) et il s’avérera très efficace lors de l’essai routier.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Et les jantes ? J’avais trouvé celles de la Switchback quelconques, celles de la Sport Glide ont une autre élégance. Les cinq branches sculptées prêtes à mordre le bitume contrastent avec le noir du voile, sous le soleil c’est du plus bel effet.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

La fourche inversée se fait discrète et pourtant elle laisse présager d’une belle tenue de l’avant avec deux tubes qui vont s’avérer très efficaces très vite.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Le petit garde-boue avant n’en a que le nom, attendez-vous à sortir le jet après la pluie pour redécouvrir le noir du moteur.

Le phare à Led c’est tendance chez Harley, pas le look que je préfère mais l’efficacité est réelle et ça donne un look moderne à la moto.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Le train arrière

Rien à dire sur la selle à double niveau (lire « si tu as un Fat Boy, tu comprends »). Confort garanti pour le pilote, un poil moins pour le passager même si cette demi-selle arrière est bien plus généreuse que le pouf de votre Sportster (ou l’appendice de selle de mon Nightster).

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Jetez un œil sur la croupe de cette Harley Sport Glide : garde boue arrière et ensemble feu-clignotant compact cohabitent. Vous allez comprendre avec la seconde photo.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Il faut bien loger les sacoches …

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Les sacoches amovibles

Vous attendez mon avis sur les sacoches ? A boire et à manger, ca vous va ?

Rien à dire sur le système de maintien et de verrouillage. Un levier pour ouvrir et fermer chaque sacoche, un verrouillage par clef, une tige de maintien sur le châssis et aucun appendice désagréable une fois les sacoches déposées. Bon point.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Sacoche fermée avec le levier d’ouverture fermeture à côté de la serrure
un film de protection est posée sur la machine d’essai

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Sacoche ouverte, on aperçoit le système de verrouillage et le filet qui évite la chute de vos objets précieux

Je suis moins fan du système d’accrochage, une molette à tirer et tourner à l’intérieur de la sacoche libère un levier externe qui vient autoriser la pose/dépose. Ce système fonctionne parfaitement quand la sacoche est vide. Quand elle est pleine et fermée, une fois la molette tirée pour faire la manœuvre, la même molette a une fâcheuse tendance à revenir à sa position initiale empêchant la fixation de la sacoche. Vous me direz que l’on ne démonte pas une sacoche chargée mais bon, je l’ai fait et j’ai constaté, voilà.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

La molette à tirer et tourner pour déverrouiller la sacoche

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Le sabre une fois la sacoche déposée

Autre remarque désagréable, aucune des deux sacoches ne permet de loger un casque, même un Jet. Bien que la sacoche gauche soit plus volumineuse que la droite qui doit laisser de la place à l’échappement, impossible de fermer si vous arrivez à loger votre casque dedans. Dommage car lors d’un arrêt tourisme c’est quand même bien sympa.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Aux forceps pour le Jet mais ça ferme pas !

A poil !

Une fois les sacoches et le saute-vent retirés, la moto change d’allure et prend des airs de canaille qui me plaisent bien. Si vous roulez léger entre deux voyages, vous allez aimer.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Notez quand même que cet accastillage se fait très discret sur la route. Sauf à charger les sacoches comme un damné vous les oublierez bien vite et comme elles ne modifient pas la largeur de la moto c’est tout bon dans les bouchons, j’ai testé pour vous.

Et sur la route ?

Assez causé, roulons ! Ça tombe bien, j’ai prévu un parcours sur les nationales et départementales de Seine et Marne, autant dire un circuit varié pour me faire une bonne idée de ce que cette Harley Sport Glide sait offrir.

Un 107 qui tracte sans cesse

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Les quatre voies à la sortie de Créteil sont avalées sans sourciller. Le 107 tracte comme un malade, le compteur s’emballe plus que le compte-tour, faites gaffe à ce que vous savez … Moins caractériel que le 114 il répond toujours présent, la poussée est linéaire du régime de ralenti à celui du rupteur (5500 tr/mn) et jamais il ne s’essouffle (je connais pourtant un tronçon qui fatigue toujours un peu le 103 …).

J’imagine ce gros Twin une fois rodé et libéré (filtre, échappement). Vous pouvez envisager les longs trajets autoroutiers comme les routes à virages en montagne sans réfléchir, la #FreedomMachine qu’ils disent chez Harley ! Cerise sur le gâteau ce 107 consomme trois fois rien (pour un 107), 5,5l/100 en conditions d’essai c’est bon pour le budget.

Tenue de route et freinage

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

La molette de réglage de précharge (1 en solo, le reste selon le poids du passager)

Je vous parlais de la fourche inversée et de ses deux gros tubes, le moins que je puisse dire c’est que l’ensemble fait le boulot. Le train avant est agile, aidé par le poids réduit du cadre 2018 et des Michelin Scorcher qui adhérent bien guidés par une fourche rigide. Le comportement de la moto est royal en ville, dans les ronds-points (avec les sacoches pleines et un passager c’est plutôt bien) comme dans les grandes courbes et les virages serrés. Si elle n’avait l’allure d’un (petit) Touring je croirais presque retrouver les sensations éprouvées avec le Fat Bob, c’est dire.

Coté freinage c’est la fête. Les Harley 2018 freinent, comme des Harley diront les mauvaises langues, mais les progrès sont sensibles, d’autant plus que le gain de poids facilite le travail du système de freinage. L’ABS se fait discret quand il se déclenche sans provoquer les à-coups que je constate sur le Fat Boy par exemple. C’en est presque vicieux car on ne le sent que très peu entrer en action, anticipez quand même un poil vos freinages !

Confort de roulage

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

La petite taille du carénage pourrait vous laisser penser que son efficacité est limitée. C’est tout l’inverse : vous ne le voyez pas dans le champ de vision (à l’inverse de la Street Glide) et pourtant le flux d’air passe par-dessus le casque (avec mon mètre 73).

Sur la route à bonne allure c’est très agréable. J’ai eu la chance de ne pas rouler sous la pluie mais je ne doute pas que la protection soit efficace quand ça vase. J’ai noté un bon déport de l’air sur les côtés au niveau des genoux, le bas du carénage fait le boulot.

Je regrette tout au plus de ne pas avoir un joli phare rond en visuel en roulant, la face arrière du saute-vent n’est pas aussi jolie mais si j’avais à choisir je l’adopte tout de suite.

Essai Harley-Davidson Sport Glide 107

Mon avis sur la Harley Sport Glide 107

Je vais être cash : 250km plus tard, le bilan est plus que positif. Non seulement cette moto dispose d’un moteur qui ne cesse jamais de tracter quelle que soit la route et la vitesse, mais en plus elle est agile, légère (304 kg avec pare-brise et sacoches quand mon Fat Boy 103 en fait 320 tout nu) et se laisse emmener sans rechigner.

A la différence de la Harley Switchback convertible (que les propriétaires de Switchback me pardonnent) le plumage est largement à la hauteur du ramage. La Sport Glide a tout d’une Touring sans en avoir le tarif ni les prestations les plus ultimes et luxueuses.

Finition en progrès, tenue de route efficace et rassurante (trop parfois !), moteur généreux (trop aussi parfois, gaffe), excellentes qualités dynamiques et look sympa habillée comme dépouillée.

Que demander de plus ?

Pouvoir loger un casque, une selle plus généreuse pour le passager évitant le recours à la selle confort et pas grand chose d’autre.

Le tarif ? Oui, bien sûr, même si à 18.260 euros en version Vivid Black (noir brillant) vous entrez à prix doux (pour une Harley) dans le monde du Touring qui cache son nom.

Merci à l’équipe Harley France pour le prêt de la moto, ils vous disent tout sur elle ici.

Vous avez essayé la Harley Sport Glide vous-aussi ? Vous pensez que je me suis laissé éblouir et que mon parti pris pour cette moto est excessif ? Lâchez-vous dans les commentaires, j’ai hâte d’avoir votre avis !

[Si vous roulez en Switchback et que je vous ai vexé(e), dites-le aussi, faites pas la gueule]

Ca vous plaît ? Partagez et dites-le dans les commentaires !

14 thoughts on “Essai Harley-Davidson Sport Glide 107 : le Softail élevé aux hormones de Touring !”

  1. The PRIMITIF dit :

    Bonjour ,En effet ,c’est une belle machine qui donne envie de monter dessus ,et d’allez « bouffer » des kilomètres .
    Elle va faire des heureux ! Je passerais un de ces quatre la voir à Bordeaux Bégles là ou se trouve la concession Harley .
    Bon weekend et bone route à tous !

  2. Jc dit :

    Mais tu n’essaies que les derniers modèles ???

    1. Je teste ceux qui sont disponibles dans le parc Presse de Harley France, pour Harley. J’ai en tête d’autres marques aussi si je peux trouver un peu de temps. Le blog n’est pas qu’un site de test de Harley, il y a d’autres sujets que j’ai envie de couvrir dont les sorties et roadtrips. Si toutefois quelqu’un sait me faire parvenir l’essai d’un autre modèle de moto avec un texte sympa et de belles photos, je peux envisager de le publier.

  3. LIRELOU dit :

    Ce reportage confirme tout ce que j’ai pu lire par ailleurs. J’ai pu l’essayer la semaine dernière mais seulement sur une cinquantaine de kms. j’en suis revenu époustouflé !!!J’ai depuis 5 ans un 1200 custom CB après un Nighstert. Rien à voir.

    Moto très maniable, joueuse, très confortable, absence de vibration et qui pousse de façon linéaire. gros couple. Elle devrait encore s’améliorer après avoir libéré admission et échappement, après rodage.

    Je n’ai pu résister à passer commande. Livraison prévue fin juin. Va falloir patienter dur dur !!!

    1. Je confirme ! Quand tu as goûté à ça le 1200 te paraît bien fade. Et pourtant j’ai aussi eu un Nightster que je regrette dans d’autres situations.
      Tu reviens nous en parler quand tu l’as ??
      Région parisienne ?

      1. LIRELOU dit :

        Bien d’accord avec toi on ne peut comparer que ce qui peut l’être. Un Sport est une moto joueuse et vraiment très, très, sympa. Mais j’ai l’impression avec cette moto de retrouver la vélocité du Sport avec une finition autre (suspensions, freinage, abs, régulateur, prise USB) Disons un sport qui s’embourgeoise ! Je vieillis et commence à rechercher des « aides »tant au confort qu’a la conduite, mais tout en restant dans l’esprit du Sportster.

        J’espère l’avoir début juillet afin de pouvoir la roder et modifier échappement et filtre à air. Nous avons prévu une virée en Toscane, avec des amis motards, mi-août, soit environ 2500 kms.

        Promis pour le reportage avec photos.

        Pour répondre à ta dernière question J’habite dans le Sud de Toulouse, à 80 kms exactement de Toulouse et 110 kms de la frontière espagnole.

        1. Une sacrée région pour faire des virées ! Les pyrénéens pas loin en plus, veinard !

  4. Remi dit :

    hello
    Sympa, il est vrai que c’est un bon compromis et ton essai est concluant.
    elle me serai plus adaptée que mon FLHX,qui pèse 340kg à vide et moi 58kg tous pleins faits,et étant donné que je roule maintenant mois qu’avant.
    merci pour ton super essais , je vais la tester également.
    Amicalement
    Remi

    1. Ce n’est pas le même gabarit que la tienne en effet, pas les mêmes prestations non plus mais bien personnalisée cette machine a de quoi plaire

  5. bruno janvier dit :

    bonjour
    merci pour ces commentaires élogieux
    j ai eu le plaisir de rouler quelques heures sur le sport glide
    que du bonheur, je vous rejoint sur tout vos commentaires
    j avais un 1200t 2015,
    livraison de la belle début juin

    1. Merci Bruno, profites-en bien alors et viens nous en parler après !!

  6. Georges Debono dit :

    Très beau et bon reportage après l’essai de cette nouvelle Harley.

    Perso je la verrai bien remplacer ma Harley Dyna LowRider 2014 que j’ai certes bien équipée, mais là, sur la Sport Glide 2018, tout est nouveau!

    Merci pour cet essai Jean-Christophe, et à bientôt.

    Georges

    1. J’avoue qu’elle est tentante. Pas le même look que mon Fat Boy, des sacoches pas aussi bien finies que sur la Street mais un ensemble qui mérite le détour.

      1. Georges Debono dit :

        Bien d’accord avec toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *