Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 : 114 en force !

Le Fat Boy et moi c’est une histoire d’amour (je roule en 103 stage 1) aussi quand Harley France m’a proposé de venir essayer ses machines Model Year 18 inutile de vous dire que le nouveau Fat Boy était le premier sur ma liste. Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 ? Oui !

Quelques heures et quelques dizaines de kilomètres plus tard j’avais des choses à dire, c’est parti !

Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 : 114 en force !

Comment ça un Fat Boy revisité version 2018 ? Mais qui a osé toucher au Fat ?? Déjà qu’ils nous avaient fait le coup avec le Fat Boy S et son 110, voilà que le gras garçon évolue encore et pas qu’un peu : nouveau cadre, nouvelles suspensions, nouvelle finition, nouveau pneu arrière, nouveau pneu avant, nouveau phare, nouveau … tout le reste … (pour le détail voir sur le site Harley). Et surtout nouveaux moteurs : sa Majesté Fat Boy 2018 est en effet disponible en 107 comme en 114, excusez du peu, cela ne fait que 1746 et 1868 cc, deux broutilles.

C’est pas quelques cubic inchiiizzz de plus … ben justement c’est ce que j’avais envie de savoir. Parce que le 103 bien réglé ça fait déjà pas mal le taf. Le 110 stock c’est un peu plus nerveux (l’équivalent d’un 103 Stage 1 à vue de radar). Alors un 107 et – surtout – un 114 ça pourrait devenir intéressant. Et faire passer les 103 pour de doux agneaux (pfffff).

Harley Fat Boy 114 : de l’allonge, encore de l’allonge, toujours de l’allonge …

Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018

essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 – 114 cubic inches pour votre plus grand bonheur

Autant vous le dire tout de suite, c’est le 114 qu’il fallait que j’essaye et c’est ce que j’ai fait lors de cette présentation de la gamme Harley 2018. A quoi bon se contenter d’un 107 quand les deux existent et joli coup marketing de la part d’Harley au passage, je suis curieux d’avoir les chiffres de vente du 107 à 12 mois … #CestQuiQuaLePlusGros ?

Me voici donc frais et dispo en ce vendredi matin pour enfourcher une bécane qui a 78 kms au compteur. Forcément, question rodage c’est léger pour un essai mais on m’assure que si c’est celui qui me donne les clés qui a fait ces 78 bornes, y’a pas à s’inquiéter. On m’aurait pas tout dit sur le rodage Harley ?

Commençons par le tour du propriétaire (enfin …). Parce que le Fat Boy, 2018 ou pas, ça reste une sacrée bestiole. J’ai choisi cette moto parce qu’elle a cet aspect classico-vintage-grassouillet qu’Arnold lui trouvait déjà il y a quelques années. Et ça n’a jamais changé depuis.

Dans sa livrée 2018 le Fat Boy en impose : énorme boudin de 240 à l’arrière, tout aussi énorme 160 à l’avant. Le responsable du développement de ce pneu chez Michelin vient de nous dire que c’est le premier pneu avant aussi imposant que Bibendum conçoit, je veux bien le croire, énorme qu’il est !

Question look c’est tout bon même si l’arrière mériterait de se voir débarrassé de cette protubérance en plastique qui sert de support de plaque. Le support latéral s’annonce la meilleure solution. Sauf que les supports latéraux et la maréchaussée vous voyez ce que je veux dire.

Le chrome brillant du 103 a laissé sa place à un chrome … satiné. Pas moche du tout, mais question nettoyage il faudra prévoir un peu plus de temps parce que les taches sur le satiné, c’est comme la lessive et les nœuds, ça part moins vite.

Côté look ce modèle 2018 est entièrement revisité à la différence d’un Street Glide identique au modèle précédent. La console centrale sur le réservoir reçoit une nouvelle instrumentation avec indicateur de rapport engagé permanent. La jauge à essence disparaît du faux bouchon gauche pour intégrer elle-aussi cette console au format bargraph, moins vintage à mon goût, je vous laisse juger.

Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018

essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 – la nouvelle console centrale sans contacteur

L’ensemble fait plus moderne, un peu moins rondouillard, surtout côté phare. Là c’est une toute nouvelle histoire avec un modèle capoté, une LED signature (expression consacrée chez Harley) et la disparition du bon gros phare rond qui faisait toute la gueule du Fat Boy. Va falloir vous y faire, c’est de l’histoire ancienne.

Je suis moins fan des flasques qui entourent les tubes de fourche, en face avant ça passe mais depuis le poste de pilotage, quand vous roulez, c’est moche : pas de fermeture arrière intégrale, vous avez une vue imprenable sur l’arrière du phare et l’intérieur du capotage, franchement pas beau (mais ils vont bien nous sortir une option …).

Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018

essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 – l’absence du double branches se fait sentir !

Même remarque désagréable (faut le dire quand ça plaît pas) au sujet du sélecteur double branche qui devient un sélecteur … simple branche. Harley nous la joue à l’économie avec une branche arrière en option. Ah oui c’est vrai, les modèles 2018 sont vendus au prix des modèles précédents. Bon, comment dire … non, ne sacrifiez pas l’élément essentiel du Fat Boy qui nous fait passer pour un gladiateur chaque fois qu’on monte un rapport !

Quelques mots (plus doux) sur les jantes pleines, je m’attendais à pire en voyant les photos mais comme pour les autres modèles 2018 il faut aller les voir en vrai, c’est plutôt sympa comme finition et les deux flasques donnent une touche plus moderne à cette machine. A vous de voir si vous voulez un Fat moderne ou pas.

Assez parlé, on roule ?

Contact, démarrage, notez au passage la disparition du contacteur central et bonne surprise. La selle s’avère plus moelleuse que l’ancienne, le postérieur apprécie et il est probable que 500 km plus loin ce soit le cas de mon dos aussi. La position de conduite ne change pas, le guidon est pourtant un peu plus étroit, ça surprend les premières minutes puis on s’y fait.

Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018

essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 – un guidon moins large et une console plus moderne

Autre différence sensible, le poids de l’engin. Avec 16 kg en moins (comme pour le Slim 2018), le Fat Boy 2018 n’a rien perdu de sa superbe mais s’avère plus léger à manœuvrer. C’est même étonnant dès qu’on relève la béquille. Le gros gars en deviendrait presque un minus de quartier, ce n’est pas forcément désagréable.

Première, clank, embrayage souple (bien) et c’est parti.

Quelques ronds-points plus tard je dois reconnaître que les deux gros boudins font le boulot à merveille. J’appréhendais une certaine lourdeur avec le 240 et le besoin de balancer la moto encore un peu plus dans les virages serrés, que nenni ! Le Fat Boy 2018 vire aussi bien que le 103 et le gros pneu avant ne se fait pas sentir. Étonnant et bien joué !

Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018

essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 – un sacré moteur qui ne demande qu’à envoyer !

Et le moteur alors ?

114 CI ça commence à compter quand on parle cylindrée et couple. Je vous vois déjà dire « alors ce 114 il arrache le bitume ou pas ?? » Ne bavez pas, la réponse est oui. Et pas qu’un peu !

Rappelez-vous, l’engin de test a 78km au compteur (quelques dizaines de plus à la fin mais ça compte pas plus). Je ne vous dirai donc pas que ce moteur arrache tout mais pour un moteur quasi neuf c’est déjà énorme. Le 114 s’avère très linéaire, ça pousse, tout le temps, à tel point qu’on se demande s’il y a un rupteur (j’ai vérifié, la réponse est oui …).

Pas d’énorme coup de pied au cul, pas d’affolement dans les tours (bien que « Big Twin » et « dans les tours » dans la même phrase …) mais le sentiment de disposer d’un moteur qui n’arrête jamais d’envoyer et ça c’est un gros plaisir !

La tenue de route est à la hauteur, Harley a bien travaillé le train roulant et la fourche avant (à cartouches racing) car à peine quelques kilomètres suffisent pour avoir l’engin en mains et commencer à prendre du plaisir (lire envoyer du bois). Étonnant ce Fat Boy 2018 !

L’autre différence majeure c’est le freinage : si comme moi vous pensiez qu’un simple disque avant et un modeste disque arrière ne peuvent ralentir efficacement une telle masse lancée à vive allure, changez d’avis. Je ne sais pas ce qu’Harley a fait mais le freinage du Fat Boy 2018 … je veux le même sur mon 103 ! Tirez le levier et vous allez sentir la différence, le Fat 2018 pile tout net alors que le précédent entame son ralentissement. Étonnant.

Au final t’en penses quoi de ce Fat Boy 2018 ?

Disons le tout net, je suis fan du Fat Boy toutes générations confondues (donc pas totalement objectif vous voyez un peu …) et ce modèle 2018 n’a pas à rougir, il perpétue la tradition de fort belle façon.

Le moteur en version 114 est plus que volontaire, il reprend sans cesse, sans trou à l’accélération, grimpe au rupteur sans se plaindre, le 103 est moins constant et moins coupleux.

Le châssis s’avère plus confortable et au moins aussi efficace que le précédent modèle. La largeur supérieure des deux gommes est compensée par un poids plus réduit de la moto et la maniabilité n’en souffre pas.

La moto est très homogène, sa gueule attire toujours autant les regards (et flatte toujours autant son proprio) et en plus ça freine.

Que demander de plus ? Je vous l’ai dit, un sélecteur double branche dont l’absence est inadmissible à ce niveau de prix, et un capotage de phare avec des flasques arrières qui ne font pas misère. Tout le reste est bon à prendre et ça fait déjà beaucoup !

Des réactions ? Les commentaires sont faits pour ça !

Ca vous plaît ? Partagez et dites-le dans les commentaires !

30 thoughts on “Essai Harley-Davidson Fat Boy 2018 : 114 en force !”

  1. MEGATRON dit :

    Possesseur d’un Fat Boy 107 depuis presque 1 an , les 2000 euro a rajouter pour la version 114 était un peu trop a mon gout ..
    une fois récupéré le 107 , autre chose que feu mon Fat Bob 103 stage 1 . bien plus confortable. la selle : super. en duo c’est tres bien aussi mais impérativement un sissy bar .. (vue le couple..)
    apparemment a ce que j’ai entendue le 107 est plus onctueux a bas régime comparé au 114 . ce dernier est (normal) plus péchu mais donc plus haut .
    le 107 : ça pousse déjà super . plmus fort que feu mon Fat Bob 103 stage 1 d’avant .
    juste changé les pots (le son d’origine … bof bof pas terrible..) par des Kess Tech électrique .
    la, génial …. fermé pour les voisins ou la ville . mi ou vert ou ouvert ensuite .. et ca pousse meme plus (max 5% de puissance)
    le boudin de 240 on le sent principalement dans les virages ou rond points. il faut un peu plus forcer la moto .
    le look : c’est clair que partout ou l’on va y’a du monde a regarder la moto .
    bref donc bilan : le 107 est amplement suffisant . ça pousse meme déjà presque trop … ceux qui ont envie d’avoir un peu plus de peche (mais le 107 est plus souple en bas …) le 114 est pour eux .
    en consommation environ 5,5 l / 100 km.

    juste 1 reproche, que Harley n’ai mis a 99% que des versions 114 a l’essais a sa sortie ..
    je pense qu’en essayant 1 version 107 et 114 certains auraient optés pour le 107 ..
    mais chez Harley c’est commercial ! et 2000 euro a faire passer .. c’est plus facile en ne mettant a la sortie principalement cette version .
    en tout cas dans le temps on trouvera aussi beaucoup de 114 en occaz . ce sera plsu facile a négocier .. lol …

    en tout ca que ce soit le 107 ou 114 : foncez . cette bécane est super .

  2. Benoit Le port dit :

    Après 1 essai a rennes et un autre a vannes. Moto agréable à voir(sauf le support plaque) et a rouler. Bon maintenant ma gsxr sur le bon coin et je passe commande une ,après l’été.

    1. Tu ne devrais pas être déçu Et une fois libérée côté filtre à air et silencieux, c’est encore une autre moto !

  3. Saragoça dit :

    Je peux peut-être parler de mon sentiment après les 322km que j’ai au compteur : il est vrai que j’ai appris à me méfier des virages, certainement (comme tout le monde dit) à cause des gros pneus (??!!) car elle a tendance à suivre tout droit si on freine de l’avant, mais en freinant seulement de l’arrière, on rectifie le tir; l’histoire de la béquille m’a déjà « affolé » à plusieurs reprises…tu la béquilles, tu t’éloignes, et voilà qu’elle se remet sur sa position de « repos longue durée » (re-bouge) ; évidement, l’alarme se met à gueuler !!! L’histoire du double sélecteur n’est vraiment pas un problème pour moi car c’est ma première HD, au contraire, je n’aurais pas su quoi faire de la branche de derrière (lol). Tjrs a propos de la béquille, j’ai déjà failli la laisser tomber dans le garage : je l’ai béquillée, j’ai mis la première (en poussant légèrement vers l’avant), la béquille se replie avec une telle facilité et en silence, que je ne me suis pas rendu compte. En voulant l’incliner pour qu’elle repose sur la béquille elle allait évidement tomber !!! Heureusement que le mur derrière moi, m’a retenu (miracle). Le 24 août, j’ai rdv pour faire installer les silencieux Vance & Hines, les valises (à un tarif pharaonique); lors de la dernière visite ils m’ont installé le protège carter « moustache ». Il m’arrive d’aller dans le garage pour simplement…la regarder ; putain, qu’est-ce qu’elle est belle, surtout dans cette couleur (Industrial Gray). Le pare-brise suivra (au moins) car sur autoroute, la pression du vent finit par te rallonger les bras . Le nettoyage de l’alu des jantes vernies (entre autres), fera l’objet d’un autre post, car j’y passe du temps…beaucoup de temps !!! Bref, 322km de parcourus et elle m’affiche toujours (presque) 1/4 de réservoir !!! (resteraient 98km à parcourir !!!), perso, je n’y crois pas…

    1. Sympa ce retour, merci. Le double branche on s’y fait vite, j’avoue que j’aurais du mal à m’en passer sur mon Fat ! Pour les virages il y a un coup à prendre, tu lui colles un petit coup de hanches (pour rester poli) et l’ensemble tourne tout seul. Si le virage est très serré tu pousses sur le guidon et hop, tout passe tout seul. Au pire c’est le marchepied qui racle mais sans aucun danger.
      La consommation est franchement très raisonnable, sur mon Fat 103 avec le Stage 1 je consomme en moyenne 5l/100 sur la route et 5,5l en ville. Ça donne environ 350 kms d’autonomie pour éviter de descendre trop bas.
      Bonne route !

  4. Didj dit :

    Bonjour à tous
    Et oui j’ai passé la vitesse supérieure … fat boy 114!!!
    Au début ça claque ça tousse mais ça pousse
    Et puis la première révision arrive à 1500kms de bonheur !
    La on passe au stage 1 avec pot vances (boîtier vendu avec anciennes normes jusqu’a Fin 2017 mais que l’on trouve facilement !)
    Et la c’est le paradis : un couple fenomenale et des reprises à bas régime sans accoup !
    FRANCHEMENT LE BONHEUR
    De l’onctuosité et de la virilité dans un gant de velour
    Le paradis quoi

    1. Bienvenue au paradis alors 😀

  5. Yves dit :

    Voilà 2 fois en ce moi de mai que mon concessionnaire me prête un Fatboy 2018, 114.
    Premier constat: une machine super vitaminée, bonne position de conduite et très stable.
    Premier coup d’accélérateur: elle part comme un turbo. Le couple est impressionnant. Donc il faut se calmer. L’engin totalise 1700kms mais réagit bien.
    Encore en rodage, je rage parfois avec le point mort aux arrêts de feu rouge.
    La route est un plaisir, l’autoroute du bonheur. En ville, je suis surpris par sa maniabilité bien que la moto semble préférer les lignes droites.
    Elle est équipée de pots streaming eagle et le bruit est celui d’une vraie Harley.
    2 sorties de plaisir et j’ai rendu l’engin avec regret.
    Je reprends mon switcback 2014 stage 1 et j’ai l’impression de rouler archi pépère.
    Je le voudrais bien ce Fatboy mais voilà… le prix me freine…

    1. Ah, le Fat Boy … je te rejoints sur le point mort à l’arrêt, c’est une maladie chez Harley. Avec le temps on apprend à passer au point mort quand la moto roule encore un peu avant le feu mais parfois ce n’est pas possible. Mon concessionnaire n’a jamais pu arranger ça mais je vis avec.
      Pour le reste que du bonheur. Même l’autoroute que je craignais avant n’est plus un problème, même si je prendrais volontiers un petit pare-brise sur les longs trajets. Mais tellement peu joli que je préfère m’en passer.

      1. Alain dit :

        Je pense que j’ai de la chance car je n’ai pas de difficulté à trouver le point mort mais c’est vrai qu’avec la moto du test drive j’avais des difficultés. Quand au pare-brise, essaye le petit modèle, il est efficace au dessus de 80km/h et moi je le trouve esthétique, il se combine bien avec la moto

        1. Saragoça dit :

          Il est vrai que je n’ai pas non plus de problème à trouver le point mort, je me mets en première (à l’arrêt au feu rouge), un petit coup vers le haut la boite « saute » en seconde, nouveau tout petit coup vers le bas…pafff point mort !!! J’en parlais samedi dernier lors du barbecue à la cons et curieusement j’ai eu la même réponse de la part d’un autre membre : « t’as du cul, parce que sur la mienne, le feu vert revient avant de l’avoir trouvé le point mort » !!! Coup de chance ou coup à prendre ?

          1. Coup à prendre mais ce n’est pas le point fort des Harley

  6. Faure jerome dit :

    J’ai pour la première fois de ma vie essayé une Harley … et pour bien faire un rêve une fat boy 114. Super machine grand confort mais mon émotion et mon manque d’expérience des Harley me fait dire à vitesse réduite (30/40kmh) pas si évidente en virage. (Pour info moto neuve)J’avais fait exprès de rester dans une zone artisanale pour les manœuvre à vitesse réduite … habitant en montagne…
    Cependant je vais certainement commencer ma carrière en Harley avec une softail héritage plus facile pour moi et une foi l’expérience acquise prendre une fat boy en 114 bien sur…ou refaire un essai du fat avec émotion en moins…

    1. Pour rouler en Fat Boy je dois dire que ce n’est pas le plus agile face à un Sportster par exemple. Mais avec un peu d’habitude ça s’arrange et ça passe bien plus vite qu’on ne le pense, à condition de ne pas craindre le frottement des repose-pieds sur le bitume !
      Bienvenue à toi

  7. Alain dit :

    Suis en train de faire un tour d’Amérique du Sud avec la Fat et ce qui m’étonne le plus par rapport à la conduite c’est que j’arrive à faire près de 1000 bornes sur une journée et je ne suis pas très fatigué. Ceci dit cette moto n’a rien à voir avec toutes mes motos précédentes, il faut la dominer et puis c’est une histoire d’amour.

    1. Je te comprends tout à fait, pour avoir enquillé des journées de 10 ou 11h de route avec le Fat Boy je n’ai jamais ressenti une fatigue telle que j’en ai mare de rouler. C’est un vrai confort.

  8. lolo dit :

    premier fat boy slim 103 …. une tuerie…. ça envoie… pi pour le son on est bien…. j’ai la chance d’avoir ce fat stage 1 ce n’est que du caviar juste une moto 1 poil dur pour les vieux…. le dos

  9. michael dit :

    bonjour suis de l avis du testeur moi aussi j ai essayee la 114 et l ai commander avec le nouveau Jekyll and Hyde exhaust systeme je pense que se seras du pur bonheur hate de l avoir (3-4 semaine encore et c est ma premiere )

    1. Yves Botty dit :

      Il pèse combien , ce tracteur ?
      Il accepte de virer ?
      Et le passager , il se met où ?

      1. Je ne pense pas qu’on pense au Fat Boy de cette façon. Ce n’est pas une moto traditionnelle, c’est une façon de rouler cool, et pour ça c’est une des meilleures. Quant au passager il peut toujours monter sur une Touring, il sera bien mieux.

      2. Alain gavage dit :

        C’est vrai que le Fat n’est pas fait pour les fifilles et est un peu élitiste mais les hommes aiment ça !

        1. Si une fille passe par là on va se faire défoncer ! On lui dira qu’il y a le Slim !

          1. Alain dit :

            Pas dit “les filles” qui sont aussi d’excellentes pilotes mais les fifilles qui sont plus fragiles kkkkk

          2. Je te charrie 🙂

  10. Alain dit :

    Un plaisir de lire cet essai et je vais confirmer, moi qui n’étais pas Harley du tout, après avoir essayé le Fatboy 107, j’ai directement commandé le 114 car le 107 était déjà du plaisir sur roues alors le 114, je pense que c’est de l’adrénaline en permanence. Y’a que les imbéciles qui ne changent pas !

    1. Tu ne seras pas déçu, pour rouler en Fat Boy 103 stage 1 je confirme que ce n’est que du bonheur. Il faut lui laisser le temps du rodage, la libérer au niveau entrée d’air et échappements, j’ai fait changer la carto aussi et ça change le comportement global. En 114 ça envoie déjà bien en version stock, alors libérée et rodée je demande à voir !

      1. Alain dit :

        Ferai une à jour après rodage mais je sais pas si je vais changer l’échappement d’origine car je ne raffole pas d’une machine trop bruyante

        1. C’est pas forcément plus bruyant selon les pots, par contre ils sont plus libérés ce qui favorise les performances. Tu as aussi des silencieux sur lesquels tu peux adapter la chicane au niveau de bruit que tu veux, c’est le cas avec les Remus sur le Fat Boy par exemple.

          1. Alain dit :

            D’accord mais ici au Brésil ils vendent presque uniquement des marques américaines et ceux que j’ai écoutés sont très harleysiens c’est à dire bruyant comme la clientèle habituelle les aime.

          2. Pour le brésil je ne peux pas dire en effet, en France j’avais le choix entre les Screamin Eagle, plus chers avec un joli son HD, et les Remus, moins chers et plus métalliques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *